Vous possédez un bien, vous désirez le vendre cependant celui-ci n’est pas encore vendu pour des raisons multiples, vous y habitez par exemple. Vous désirez donc acheter sans avoir vendu, la banque vous fait une avance d’un montant représentant un pourcentage de la valeur de votre bien qui vous permet d’acheter le nouveau. La banque vous laisse aussi le temps de le vendre (attention ce temps est défini au contrat) afin que vous n’ayez pas à cumuler plusieurs mensualités.

Pour pouvoir acheter un bien immobilier en résidence principale secondaire ou locative, ou réaliser des travaux d’amélioration chez vous, il est parfois nécessaire d’emprunter tout ou partie de l’argent afin de pouvoir acquérir. Il vous sera alors obligatoire de demander ce prêt d’argent à une banque. Il vous faudra donc faire le bon choix. Cet emprunt est soumis à des règles dont certaines sont de bons sens comme l’obligation de rembourser.

Certains prêts permettent aux clients d’augmenter ou de réduire leurs mensualités, attention le fait de réduire ses mensualités implique automatiquement une augmentation de la durée du prêt, c’est évidemment l’inverse pour l’augmentation de celles-ci. Selon les contrats la modularité des échéances de prêt ne peut se réaliser que si vous la faite pour une durée minimale définie au contrat.

Une hypothèque est un gage de garantie pour les banques, elle est donc nécessaire. Il est toutefois possible d’éviter l’hypothèque en la substituant à une demande de garantie auprès d’un organisme de caution (il faut évidemment son accord).

Dans les cas les plus courant, le rachat de soulte se fait lors d’une séparation ou d’un divorce. Cela consiste à racheter la part de son conjoint défini lors du jugement ou de la séparation par les tiers. Attention s’il reste un capital restant dû, celui qui rachète la soulte devra dans la majorité des cas racheter l’encours restant sur le prêt. En cas de divorce, le jugement pourrait vous être demander pour valider votre dossier.

Lorsque l’on fait un prêt immobilier auprès d’un organisme de crédit ou d’une banque celui se garantit en prenant une hypothèque (en cas de défaut de paiement le bien peut être saisie par le prêteur) sur le bien objet du prêt. Les frais afférant à la mise en place de celle-ci est à la charge du client.

Lorsque l’on fait un prêt immobilier, il est fortement recommandé de souscrire une assurance de prêt, celle-ci vous sécurise et protège votre famille en cas de problème de santé, d’accident, ou de décès. Elle doit être minutieusement choisie. Son coût est relativement faible comparé à la sécurité qu’elle procure.

Il est extrêmement difficile de savoir qui est le mieux placé, il faut savoir que les banques modifient très souvent leurs barèmes et les profils de clients qu’elles recherchent. Le taux a évidemment son importance dans la recherche d’un crédit cependant, derrière chaque taux il y a une banque avec ses exigences légitimes. Il est donc extrêmement important de bien se renseigner.

Le prêt à taux zéro ou PTZ est un prêt sans intérêt accordé au client achetant leur première résidence principale dans le neuf ou n’ayant pas été propriétaire durant les deux dernières années au moment de la demande (sauf exception ex : personne titulaire d’une carte handicapé ou victime de catastrophe). Il peut aussi être attribué à des acheteurs dans l’ancien s’il réalise au moins 25% de travaux/montant total de l’opération. Cela peut représenter un pourcentage divers (dépendant de la zone géographique de l’achat et de la situation familiale et financière du client) du montant total du prêt. Il est sur une durée de 20,22, ou 25ans avec un différé allant de 5 à 15 ans selon les conditions de ressources du foyer. Il est obligatoire d’habiter le logement au moins un an (sauf exception ex divorce ou chômage de plus d’un an)

Lors de la constitution d’un prêt immobilier, il est parfois nécessaire aux acheteurs de réaliser des travaux d’amélioration ou de construction. Il est alors proposé aux clients de réaliser une franchise totale ou partielle de la mensualité. La durée de la franchise peut varier selon les besoins de l’opération. Le client commencera donc à payer effectivement ses échéances complètes qu’à l’issue de celle-ci.

Vous avez l’intention de rembourser tout ou partie de votre prêt. Attention, votre contrat ou offre de prêt indique souvent que vous devrez payer des frais que l’on appelle Indemnités de remboursement anticipées ou IRA. Ils sont souvent calculés à hauteur de 3% de pénalité du capital restant dû ou CRD mais plafonné dans la plupart des cas à 6 mois d’intérêt au moment du remboursement. Faites bien vos calculs !